LA JOURNEE DU DROIT DES FEMMES : QUELQUES INITIATIVES IMPORTANTES

LA JOURNEE DU DROIT DES FEMMES : QUELQUES INITIATIVES IMPORTANTES

Salut les am.i.e.s, j’espère que vous allez bien. Prolongeons la journée internationale des droits des femmes avec une petite sélection d’initiatives que je trouve importantes. Mais avant cela, précisons-le encore, le 8 mars ce n’est pas la journée de la femme, mais celle de nos droits. Le but du 8 mars ce n’est pas que l’on ait des promotions sur le make up, la lingerie ou l’électroménager, mais que l’on puisse faire un bilan sur où on est dans la lutte pour l’équité et l’égalité des droits. Tout simplement parce que partout sur la planète, en 2022, on n’y est pas encore, et comme qui dirait : le combat continue. C’est une journée pour se rassembler, échanger, réfléchir et voir comment encore plus avancer ensemble face à un manque de visibilité, de crédibilité et de respect, pas une journée pour recevoir les roses.

1. AXELLE JAH NJIKE

Victime de violences sexuelles et éducatives dans son enfance, Axelle Jah Njike raconte sa résilience et les chemins qui l’ont conduit à devenir une voix qui compte parmi les femmes féministes noires. C’est un livre qui marque, qui bouleverse, qui prouve que le vécu d’une seule femme peut résonner chez de nombreuses femmes. Elle a aussi un podcast : Me My Sexe and I (deux vendredis par mois). En écoutant ce podcast, on entre dans la vie des femmes noires par une toute petite porte qu’habituellement on ouvre rarement : l’intime.

2. JE TE CROIS

JE TE CROIS est un podcast en plusieurs épisodes dans lesquels une femme RACHIDA raconte les mécanismes de l’emprise, de la violence conjugale et de comment elle a réussi à s’en sortir pour aider d’autres femmes victimes. Je trouve que le podcast est très bien réalisé, car il aborde divers aspects avec des intervenantes qualifiées… bref Rachida va nous emmener rencontrer ceux qui l’ont cru justement, ceux qui lui ont tendu une main, ceux qu’elle a dû confronter aussi. C’est un podcast que je vous recommande vraiment d’écouter.

3. I MAY DESTROY YOU

Cette mini-série n’est pas qu’un simple divertissement, c’est un documentaire qui aborde les violences sexuelles dans les différentes formes qu’elles peuvent prendre. Elle parle également de l’importance de la sororité et du poids des traumas intergénérationnels…La série apparaît comme nécessaire, tant elle montre de façon décomplexée le quotidien des individus racisés, et la réalité des violences psychiques éprouvées par les victimes d’agressions sexuelles.

4. BLUES ET FEMINISME NOIR (ANGELA DAVIS)

Blues et féminisme noir explore l’œuvre de deux blueswomen quelque peu oubliées : Gertrude “Ma” Rainey (1886-1939) et Bessie Smith (1894-1937). La première incarne le blues traditionnel, la seconde, le blues classique. Dévalorisée par les spécialistes du blues et du jazz qui sont en général des hommes blancs, l’œuvre de ces chanteuses porte un message spécifique : elle affirme la place et les revendications d’autonomie des femmes noires américaines. En analysant et en contextualisant les paroles de leurs chansons, Angela Davis met en évidence les prémices du féminisme noir et les signes avant-coureurs des grandes luttes émancipatrices à venir. Elle montre que Ma Rainey et Bessie Smith furent les premières rock stars de l’histoire de la musique : or elles étaient noires, bisexuelles, fêtardes, indépendantes et bagarreuses…

5. LA NEWSLETTER DE LA REVOLUTION FEMINISTE (LES GLORIEUSES)

Les Glorieuses est une newsletter féministe créée en 2015 qui fait la promotion de l’égalité totale entre hommes et femmes : chaque semaine, les Glorieuses aborde différentes thématiques telles que les discriminations de genre, le post-féminisme, les inégalités salariales, la littérature, la culture ou la sexualité. Mais Les Glorieuses forme également une communauté de 300 adhérents qui organise régulièrement des rencontres et événements autour du combat féministe.

6. TCHIKA MAG

Tchika mag est le premier magazine pour les filles de 7 à 12 ans. Le magazine aborde des thèmes comme les sciences, l’écologie, les animaux, les métiers en évolution. Tchika présente aussi des portraits de personnes importantes et influentes. Un magazine ludique et passionnant pour les jeunes filles qui veulent se cultiver tout en s’amusant.

Et vous ?
Quels ont été vos coups de cœur ou découvertes récents ?

8 DOCUMENTAIRES SUR LES ENJEUX ET LA NECESSITE DU FEMINISME

8 DOCUMENTAIRES SUR LES ENJEUX ET LA NECESSITE DU FEMINISME

Bonjour les ami(e)s, j’espère que vous allez bien. En ce jour du 8 mars, symbolisant la journée internationale des droits des femmes mettant en avant la lutte pour les droits des femmes, je vous invite à regarder ces 8 documentaires (à voir sur Netflix) pour bien comprendre les enjeux et la nécessite du féminisme pour une société plus juste. Le 8 mars c’est la journée internationale des droits des femmes : l’occasion de prendre conscience du sexisme, d’écouter nos revendications, de faire un point sur la lutte.

1. LES RÈGLES DE NOTRE LIBERTÉ

“Period, End of Sentence” brille par son sujet, élégamment défendu : le tabou des menstruations en Inde…On ne pleure pas sur son sort et on fait en sorte de changer sa condition en prenant des décisions concrètes. Ces femmes qui décident de fabriquer des serviettes hygiéniques pour préserver leur dignité, c’est noble. Car oui, c’est un énorme tabou en Inde comme l’explique le documentaire et montrer tout le monde (même des hommes) être véritablement gênés par la question, était nécessaire. On nous montre des femmes qui sont trop occupées à s’investir pour se plaindre, pas question de se lamenter. Ça fait plaisir à voir. J’aime aussi cette camaraderie entre elles, ce groupe soudé dégage quelque chose de profondément humain.

2. CITY OF JOY : UN CENTRE PARRAINE PAR L’UNICEF

Depuis 1996, le Congo est déchiré par la guerre. Les ressources minières très importantes dans l’Est du pays ont conduit des milices armées à se livrer une bataille sanglante, provoquant par ricochet des atrocités contre les populations civiles environnantes. Les milices utilisent le viol comme arme, dans le but de terroriser les gens, et la plupart des victimes sont des femmes. Si l’ampleur de cette catastrophe est difficile à chiffrer, une étude publiée dans l’American Journal of Public Health estime que 48 femmes sont violées toutes les heures au Congo.
Ce film déchirant s’intéresse à un centre, créé en 2011 dans l’Est du Congo, destiné à aider les femmes victimes de violences sexuelles durant les conflits miniers qui sévissent dans la région. Créé par le docteur Denis Mukwege (Prix Nobel de la Paix 2018), Christine Schuler Deschryver (militante des droits des femmes) et Eve Ensler (auteure des “Monologues du vagin”), le refuge baptisé “City of Joy” fonctionne à la manière d’un internat. Les femmes y restent six mois et se consacrent entièrement à leur reconstruction.

3. LE TÉMOIGNAGE : LORSQUE LE VIOL DEVIENT UNE ARME DE GUERRE

Ce court-métrage raconte l’histoire du plus grand procès pour viol du Congo où des soldats furent accusés de violences extrêmes à l’encontre de leurs propres populations.
Le documentaire donne la parole à de nombreuses femmes, dont les témoignages forts et puissants sont d’autant plus terribles que certaines d’entre elles les racontent sans haine ni colère, presque comme une histoire qui n’a pas d’importance malgré les mots horribles qui franchissent leurs lèvres.

4. I AM JANE DOE

Ce documentaire intense suit les cas réels de jeunes Américaines tombées dans la prostitution infantile après s’être fait piéger par les petites annonces d’un journal. Elles sont droguées et forcées à se prostituer… Le combat de plusieurs mères pour faire condamner les dirigeants des sites internets qui proposent les services sexuels aux mineures.

5. AUDRIE & DAISY : COMMENT LA MASCULINITÉ TOXIQUE ET CULTURE DU VIOL FAVORISE LES VIOLENCES SEXUELLES ENVERS LES FEMMES

Deux lycéennes, dans des villes différentes, ont été victimes d’une agression sexuelle par des garçons qu’elles considéraient comme des amis. Cet harcèlement en ligne entraîne les filles à faire une tentative de suicide. L’une d’entre elles meurt tragiquement. Cette agression, à l’ère des réseaux sociaux, est explorée à travers le point de vue des filles et des garçons impliqués et à travers les communautés déchirées.

6. SHE’S BEAUTIFUL WHEN SHE’S ANGRY

Elles ont marqué l’Histoire et bouleversé les codes. Mais leur lutte est loin d’être terminée. Ce documentaire brosse le portrait des femmes scandaleuses qui ont été à l’origine du mouvement féministe dans les années 1960. Le film balaye parfaitement et avec beaucoup de passion toutes les problématiques empoignées par ces femmes courageuses, qui ont défié les moqueries, les normes et les stéréotypes incombant à leur sexe.

7. BRAVE MISS WORLD

La reine de beauté israélienne Linor Abargil a été enlevée et violée à Milan, en Italie, deux mois avant d’être couronnée Miss Monde en 1998. Dix ans plus tard, elle est prête à en parler et à encourager les autres à s’exprimer. Maintenant défenseur des victimes du globe-trotter, Linor encourage les autres à lutter contre la violence sexuelle en mettant fin à leur silence. Elle voyage pour parler avec des adolescents en Afrique du Sud, où les filles sont statistiquement plus susceptibles d’être violées qu’instruites. Pour les victimes d’agression sexuelle, le voyage vers la complétude ne s’arrête jamais ; toujours, Linor Abargil, le BRAVE MISS WORLD, continue ses efforts inébranlables pour garder les cauchemars à distance.

8. THE MASK YOU LIVE IN

Un documentaire qui permet de comprendre la notion de la masculinité toxique et en quoi il est important de revoir la manière dont sont élevées les garçons.
Comment devenir soi-même en tant qu’homme dans un pays comme les Etats-Unis où le culte d’une masculinité guerrière ou stoïque s’impose implacablement dès le plus jeune âge ? Comment être capable ensuite de gérer ses émotions quand on n’est pas supposé en avoir ? Le documentaire donne la parole à des adolescents, psychologues et sociologues. Il détaille, parfois avec humour, les conséquences de cette éducation qui rabaisse les filles et enferme les garçons derrière un masque lourd à porter : manque de confiance en soi, addiction à la pornographie, aux jeux vidéo, suicides et homicides. Une autre manière d’appréhender la civilisation américaine.

Dites-moi en commentaires, quels sont les documentaires féministes que vous regardez et me conseillez ? J’ai hâte de lire vos recommandations…